Ramadan, une station de piété

1- Définition

Le mot Ramadan
vient de la racine « ramida » qui signifie une chaleur brûlante, concernant particulièrement le sol. Cette analogie évoque la similitude entre le Ramadan qui brûle les péchés, tel que le soleil qui brûle le sol.

Le Ramadan est le neuvième mois du calendrier lunaire musulman. On détermine le premier jour de ce mois par la conjugaison à la fois de la vision du croissant lunaire, à l’œil nu ou avec les instruments, et les calculs astronomiques. Pour l’UOIF, et en conformité avec l’avis du conseil européen de la fatwa et des recherches, le jeûne est décrété dès l’annonce de sa vision dans le premier pays musulman à condition que
les calculs astronomiques ne mettent pas en doute la possibilité de sa vision.

En effet si la naissance du croissant lunaire est confirmée par les calculs
astronomiques et la vision a été effective dans un pays musulman le mois du ramadan fait son entrée.

Le calendrier musulman n’est pas collé au calendrier grégorien. Il compte 11 jours de moins et chaque année le mois de Ramadan recule de 11 jours par rapport au calendrier grégorien.
De ce fait le mopis Ramadan parcourt les saisons. On ne peut jeûner dans la même période que tous les 35 ans. Cette année le Ramadan a commencé après un éclipse solaire survenu le dernier jour de cha’ban, appelé jour de doute. Cet évènement a permis à des millions de musulmans de voir la naissance de la lune du mois du Ramadan en plein jour, phénomène qui ne se produit qu’une fois tous les 540 ans.

2- Les différents degrés de jeûne

Le jeûne par les membres : est le premier degré de jeûne. Il consiste à s’abstenir de manger de boire ou d’avoir des rapports charnel de l’aube au coucher du soleil.

Le jeûne par les actes : En plus du jeûne des membres, l’adorateur s’abstient de commettre des péchés. C’est un deuxième degré d’abstinence. On ne combat pas les seules envies matérielles, mais on éduque son âme et on s’oppose à ses penchants vers le mal. Pas d’injustice, pas de mauvais comportement.

Le jeûne par le cœur : Le jeûneur n’observe pas une attitude négative qui vise à réprimer les envies et à s’abstenir de faire du mal. il va plus loin pour adopter une attitude positive qui lui permet de faire du bien. De transformer le sentiment de la faim en un désir de partage, la privation en un élément de surpassement et de miséricorde envers ses semblables. Son cœur jeûne et jaillit d’amour et d’humilité. C’est ainsi que le corps suit et s’adonne à l’adoration et aux actes de biens. Les personnes qui atteignent ce degré d’adoration en tirent profit pour toute l’année.

3-Mérites du jeûne

Son mérite a été reconnu par les hadiths du Prophète Mohamed (prière et salut sur lui) qui dit :

Le jeûne préserve de l’enfer, tel un bouclier au combat. (1)

L’invocation de celui qui jeûne sera exaucée chaque fois qu’il rompt son jeûne le soir. (2)

Une des portes du Paradis est appelée « Porte de Rayyane » (la porte
des rafraîchissements). Seuls ceux qui jeûnent la franchissent. Il sera dit :
où sont ceux qui jeûnaient ? Ils se lèveront. Aucune autre personne ne la
franchira. Elle sera fermée à jamais. (3)

4-Avantages du jeûne

4.1- Avantages spirituelles

Le jeûne exerce l’homme à l’endurance, fortifie sa volonté, lui enseigne
l’autodiscipline et lui en facilite l’application ; il crée en lui la crainte de Dieu et la nourrit et surtout la piété qui est le fondement du jeûne. Dieu
ne dit-Il pas Ainsi, « atteindriez-vous la piété ».

4.2- Avantages sociaux

Quant aux profits sociaux, le jeûne habitue la communauté à l’organisation et à l’union, à l’amour et à l’égalité. Il suscite en elle la piété et la charité, la préserve de la méchanceté et de la corruption.

4.3- Avantages physiques

Le jeûne débarrasse le corps des produits résiduels et soulage de
l’embonpoint en assainissant les intestins et en régénérant l’estomac.

Le Prophète (prière et salut sur lui) a dit : « Jeûnez, vous acquerrez la santé ». (4)

5-Mérites du mois de Ramadan

5.1- Un mois exceptionnel

Le mois de Ramadan lui-même a des mérites exceptionnels, confirmés par les hadiths et dépassant les autres mois. Le Prophète (prière et salut sur lui) a dit :

- « Qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui seront pardonnés ». (5)

- « J’ai vu en songe un homme de ma communauté haletant de soif. Toutes les fois qu’il se présente pour boire à un bassin, il en est chassé. Son jeûne de Ramadan est venu étancher sa soif ». (6)

- « La première nuit de Ramadan, tout démon, tout djinn rebelle est enchainé.
Toutes les portes de l’Enfer sont fermées. Aucune ne s’ouvre. Toutes les portes du Paradis sont ouvertes. Aucune ne se ferme. On appelle :  » toi qui veux du bien, accours ! (approche). toi qui veux du mal, cesse ! Cet appel est renouvelé chaque soir ; et chaque soir Dieu sauve de l’Enfer un certain nombre de croyants ». (7)

5.2- La meilleure charité est celle accomplie pendant le mois de Ramadan. (8)

Qui donne à quelqu’un de quoi rompre le jeûne, bénéficie d’une récompense égale à celle de celui qui jeûne sans la lui diminuer. (9)

Qui donne à manger ou à boire à quelqu’un qui jeûne, d’un bien licitement acquis, les anges ne cessent de prier pour lui durant Ramadan. L’archange Gabriel prie pour lui, la nuit du Destin. (10)

5.3- Lecture du Coran

Le Prophète (prière et salut sur lui) redoublait la récitation du Coran pendant le mois de Ramadan.
Gabriel descendait réciter avec lui.

Pendant les prières de Ramadan (dites tarawih), le Prophète prolongeait plus que d’habitude ses récitations.

5.4- Le nuit du destin

Les 10 derniers jours du Ramadan sont considérés comme hautement bénis, et en particulier les nuits impaires qui renferment la nuit du destin, laylat al-qadr (la 27ème nuit est considérée par un grand nombre de savants comme étant la nuit du destin), la nuit pendant laquelle le Coran a été révélé au prophète  » le mois de Ramadân au cours duquel le
Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. ». [Saint Coran : Sourate 2, Verset 185]

5.5-La retraite spirituelle dans la mosquée

La mosquée est le refuge de tout homme pieux. Dieu a promis à celui qui y fait sa retraite (i’tikaf) de lui accorder sérénité et miséricorde, de le faire traverser le sirate (pont jeté sur l’Enfer) pour le faire parvenir, par Sa grâce, au Paradis. (11)

5.6- La visite de la Mecque

L’omra (le petit pèlerinage) se fait en tout temps. Mais elle est hautement recommandée pendant le mois de Ramadan.

Une omra pendant Ramadan vaut un grand pèlerinage en ma compagnie. (12)

L’omra est absolutoire durant le temps qui la sépare de l’omra suivante. (13)

6-Actes louables (sunna) du jeûne

Parmi les traditions (sunna) de l’Envoyé d’Allah , on rappellera les suivantes :

Hâter la rupture du jeûne dès le coucher du soleil. « On ne cesse d’être dans la bonne voie tant qu’on s’empresse de rompre le jeûne. »(14)

Rompre le jeûne avant la prière du Maghreb, par des dattes sinon par de l’eau.
Il est souhaitable que le nombre des dattes soit impair. Anas a dit : « Le
Prophète rompait le jeûne en prenant des dattes avant de prier, sinon quelques gorgées d’eau. » (15)

Invoquer Dieu au moment de la rupture du jeûne. Le Prophète le faisait en disant : Seigneur ! C’est pour Toi que j’ai jeûné. J’ai rompu mon jeûne en goûtant de Ton bien. Veuille agréer mon oeuvre. Tu es celui qui entend tout, dont la science est infinie. (16)

Le repas de fin de nuit (sahour), c’est ce qu’on prend avant l’aube avec l’intention d’accomplir le jeûne. « Prenez le repas de fin de nuit, il est toute bénédiction. » (17)

Retarder l’heure du sahour jusqu’à la fin de la nuit. « Mon peuple se portera bien tant qu’il hâte la rupture du jeûne et retarde le repas de fin de nuit. » (18)

Ce temps commence à minuit pour se terminer avant l’aube de quelques minutes.

7-L’Aïd

Le jeûne se termine par une fête qui est l’une des principales fêtes religieuses de l’Islam et qui porte le nom de « aïd-el-fitr » : fête de la rupture, ou « aïd-es-saghir » : petite fête par opposition à la grande fête liée aux rites du pèlerinage.

C’est un moment de joie, de piété, de miséricorde et de pardon, où il est
recommandé d’aider les pauvres et les nécessiteux et d’oublier les rancunes.
La fête dure trois jours. Le premier jour commence par des prières en commun tôt le matin à la mosquée, suivies d’un sermon prononcé par l’Imam. Le Prophète a recommandé aux fidèles de déjeuner avant de se rendre à la mosquée ce jour-là. C’est l’occasion de faire de repas délicieux, de visiter les siens pour présenter ses voeux. C’est le moment où l’on se rend sur les tombes des parents ou des amis. C’est la fête des enfants qui arborent des habits neufs et à qui l’on offre des cadeaux. C’est un devoir de penser à la part du pauvre et d’offrir la Zakat ce jour-là.

Remarque : les notes renvoient aux recueils des hadiths.

(1) Ahmed
(2) Ibn Majah
(3) Ibn Sounni et Abou-Akin
(4) Ibn Sounni
(5) Boukhari et Moslim
(6) Tabarani
(7) Tirmidhi
(8) Tirmidhi
(9) Ahmed et Tirmidhi
(10) Boukhari et Moslim
(11) Tirmidhi
(12) Boukhari et Moslim
(13) Boukhari et Moslim
(14) Boukhari et Moslim
(15) Tirmidhi
(16) Abu Daoud
(17) Boukhari et Moslim
(18) Ahmed

Comments are closed