L’islam et la douceur avec les non-musulmans…

Prêche (khotba) du vendredi 28-12-2012//15 Safar 1433

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

Mes frères et sœurs,

Le Coran a posé les règles de base qui régissent la relation des musulmans avec les autres dans deux versets de la sourate « Al-momtahana » (l’éprouvée) qui ont été révélés au sujet des idolâtres. Dieu exalté soit-Il dit : « Dieu ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Dieu aime les équitables. Dieu vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassé de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes » [sourate Al-momtahana, versets:8-9].

Les deux versets ont clairement distingué entre les non-musulmans pacifiques et les non-musulmans combattant les musulmans : En ce qui concerne les premiers (les pacifiques), le verset a établi l’obligation de faire preuve de bienfaisance et d’équité à leur égard. Le terme arabe « qist » correspond à la justice. « al-bir » traduit par la bienfaisance est au-delà de la justice. En effet, la justice est le fait de prendre ton droit. Alors que « al-bir » (la bienfaisance) est le fait de céder une partie de ton droit. La justice ou l’équité est le fait de donner à l’individu son droit sans rien lui omettre. « al-bir », lui, est de lui accorder au-delà de son droit par pure bienfaisance.

A noter que pour désigner la façon de se comporter avec les pacifiques, le Coran a choisi le terme « al-bir », le même terme utilisé pour désigner le plus grand devoir de l’homme après son devoir envers Dieu glorifié soit-Il, à savoir, la bienfaisance envers les parents.
D’ailleurs, al-Boukhari et Mouslim rapportent que Asma fille d’Abou Bakr vint au Prophète (BDSL) et lui dit : « Ô Messager de Dieu ! Ma mère, qui est idolâtre, est venue à moi en espérant ma bienfaisance, dois-je entretenir son lien de parenté ? » Il dit : « Entretiens les liens de parenté avec ta mère ». Le Prophète (BDSL) dit ceci alors qu’il s’agit d’une idolâtre, or il est connu que l’islam donne un statut distingué aux gens du Livre.

En effet, le Coran a permis de manger de leur nourriture et de créer avec eux des liens d’alliance par le mariage. Dieu exalté soit-Il dit : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. Vous sont permises les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous » [sourate Al-Ma-Idah (la table servie), verset 5].

Et parmi les exigences et les implications de ce mariage, il y a sans doute l’amour entre les deux époux comme l’indique Dieu glorifié soit-Il dans la sourate « Ar-Rûm » (les byzantins) : « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous et pour vous des épouses pour que vous viviez en toute quiétude avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté » [versets : 30-21].

Et comment l’homme n’aimerait-il pas son épouse, la cheftaine de son foyer, l’associée de sa vie et la mère de ses enfants, alors que Dieu exalté soit-Il dit en décrivant la relation qui existe entre l’homme et son épouse : « Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles » [sourate Al-Baqarah (la vache), verset187)].
De même, le Prophète (BDSL) a fortement recommandé la douceur avec les non-musulmans et il a mis en garde contre toute violence à leur égard.

Un jour, des juifs entrèrent chez le Prophète (BDSL) et déformèrent la salutation en disant : « as-samou ‘alayka, ô Mohammad », ce qui veut dire : « Que la mort soit sur toi ». Les ayant entendu, ‘Aïsha dit : « Que la mort et la malédiction soit sur vous, ennemis de Dieu ! » Le Prophète (BDSL) lui reprocha son comportement. Elle lui dit alors : « N’as-tu pas entendu ce qu’ils ont dit, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « J’ai entendu, et j’ai répondu « Et sur vous » (c’est-à-dire que la mort s’impose à vous comme elle s’impose à moi). Ô ‘Aïsha, Dieu aime la douceur dans toute chose ! » (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim).
Il serait inconvenable que le musulman soit d’une noblesse moindre ou d’un niveau de comportement inférieur par rapport à un autre.

Le musulman est supposé être doté d’un comportement des plus parfaits. Le Prophète (BDSL) dit : « Les croyants qui ont la foi la plus complète sont ceux qui ont le meilleur comportement » (rapporté par Ahmed, Abou Daoud et At-Tirmidhi). Il dit également : « Je n’ai été envoyé que pour parachever les nobles caractères » (rapporté par Ahmed)

Ceci se confirme davantage si nous voulons présenter le vrai visage de l’islam, et cela est notre devoir, or, ce but ne saurait être atteint par la rupture mais par la communication.

Par ailleurs, le Prophète (BDSL) était doté des nobles caractères. Il était d’une bonne compagnie avec les idolâtres de Qouraysh pendant toute la période mecquoise en dépit de leur oppression à son encontre et à l’encontre de ses compagnons. Les idolâtres mecquois, lui confiaient, pour l’extrême confiance qu’ils avaient en lui, leurs choses précieuses dont ils craignaient la perte. Et lorsqu’il émigra à Médine, il laissa ‘Ali, que Dieu l’agrée, à la Mecque pour restituer les objets à leurs ayants droit.

Aujourd’hui, malheureusement il y a l’échec de la présentation de l’image réelle de notre prophète (BDSL) et de la religion d’Allah le plus haut à cause du mauvais comportement du musulman et de la musulmane surtout en occident car on n’est pas encore arrivé à présenter la clémence de cette religion qui est l’islam. Parce que les autres qui ne connaissent pas les profondeurs de cette religion la jugent à travers nos comportements, nos réactions et nos relations avec eux.

Mes frères et sœurs, le grand défi devant les musulmans et les musulmanes d’aujourd’hui c’est de bien se contrôler, de bien se maîtriser et de bien présenter la moralité et l’éthique de l’islam. La profondeur de la religion est reflétée par le bon comportement qui est le miroir de la croyance et de la foi. C’est pour cela le prophète (BDSL) n’avait pas seulement comme habitude et comme étique de respecter les non musulmans mais en plus de ça il rigolait et échangeait (BDSL) même les cadeaux et les transactions avec eux car son titre (BDSL) c’est de sauver les gens et de transmettre le parfum et la clémence de l’islam ce qui est vraiment chers croyants et croyantes l’obligation d’aujourd’hui.

PDF - 25.9 ko
L’islam et la douceur avec les non-musulmans

Comments are closed