L’adoration en islam

Le sujet de l’adoration, est un sujet fondamental en islam en général, et dans le domaine de la spiritualité en particulier. Il s’agit d’un sujet important et très vaste. Je vais aborder dans cette intervention quatre points essentiels qui vont nous permettre d’avoir une idée générale, globale sur la notion de l’adoration selon la conception islamique.

Tout d’abord, il faut rappeler que lorsque Dieu à voulu honorer les prophètes et les anges, les créatures les plus nobles, ils les a qualifiés de (‘ibad), « serviteurs, adorateurs ». Le Coran lorsqu’il a parlé de notre prophète Mohammad au sujet de l’ascension nocturne, il a dit : Pureté a Dieu qui fit voyager de nuit son serviteur de la mosquée sacrée (la Mecque) vers la mosquée éloignée (Jérusalem). Il qualifia le prophète dans ce verset de « serviteur ».

Le deuxième point qui confirme l’importance de l’adoration en islam, le fait que la finalité de la création de l’être humain est d’adorer Dieu. Dieu dit dans le Coran : Je n’ai crée les Djinns et les humains que pour qu’ils m’adorent, je ne leur demande aucune subsistance et je ne leur demande pas de me nourrir. C’est Dieu par excellence qui pourvoit à toute subsistance et c’est lui le détenteur de la force et le puissant. La fin de ce verset coranique nous explique que cette adoration est uniquement pour l’intérêt de l’homme, Dieu est tout puissant, il n’a pas besoin de ses créatures, ni de cette adoration, et encore une fois c’est l’intérêt de l’homme qui est visé derrière cette adoration.

Dans le système islamique, l’adoration est considérée comme un privilège que Dieu a accordé à l’homme. Il est intéressant de rappeler ici qu’il y’a deux définitions de l’adoration en islam. Tout d’abord : l’adoration involontaire auquel est soumise toute créature vivante sur cette terre à travers les règles inhérentes qui gèrent cet univers et qui ont été instauré par Dieu. L’homme en partie est soumit à Dieu dans des aspects de sa vie matérielle à travers des lois naturelles qu’il ne puisse négliger. Le deuxième aspect de l’adoration c’est : L’adoration volontaire ce privilège accordé par Dieu a l’homme qui est le fait de se soumettre volontairement.
Dieu dans le Coran qualifie ce privilège de dépôt qui a été proposé à toutes les créatures et accepté en définitif par l’être humain.

Le troisième point affirmant l’importance de l’adoration islamique, le fait que le message essentiel, central, de tous les prophètes vis a vis de leurs peuples était l’adoration. Dieu dit dans le Coran : « Nous avons effectivement suscité dans chaque nation un messager pour leurs enseigner d’adorer Dieu et d’éviter l’aberration de toutes les forces trompeuses » Ce verset résume tout le combat que l’homme mène sur cette terre en cherchant à rester sur le chemin rectiligne de l’adoration divine, et en s’éloignant de toutes les forces trompeuses qui vont l’éloigner de ce chemin. C’est ce combat qui donne un sens à l’existence de l’homme sur cette terre.
Le quatrième point que nous allons aborder c’est la protection accordée exclusivement aux serviteurs sincères de Dieu contre les tentations du diable. Dieu dit dans le Coran : Certes sur mes serviteurs tu n’as aucun pouvoir sauf sur ceux qui te suivent parmi les dévoyés.

Après avoir passé en revue les points nous confirmant l’importance de l’adoration, nous allons nous pencher maintenant sur la définition précise de l’adoration : Qu’est ce que l’adoration véritable ?
L’adoration véritable, c’est la soumission volontaire ayant comme objectif l’agrément divin. Cette adoration reflète l’humilité du serviteur devant son seigneur. Tous les actes d’adoration en islam sont là pour nous rappeler cette attitude. C’est cette attitude qui va protéger l’homme de tous les excès. Le Coran nous rappelle que celui qui refuse la soumission divine risque d’être confronté à tous les dangers, et rentrera dans le cercle de tous les excès. Dieu dit : Invoquez moi et je vous répondrai, et ceux qui se trouvent trop grands pour m’adorer entrerons humblement en enfer. Et combien d’hommes sur cette terre sèment le trouble car ils se sont au départ trouvés trop grands et ont jugés inutile de retourner à Dieu. L’être humain est toujours entre deux attitudes, comme nous la rappelé IBNOU ALQUAYIMM, soit, il est dans une position de remerciement pour les bienfaits de Dieu qui ne se comptent pas, soit-il est dans une attitude de patience en cas d’épreuve et de difficulté. Tout croyant, tout musulman doit être entre ses deux attitudes, et dans les deux cas c’est l’adoration qui va exprimer le remerciement ou la patience.

Deux conditions sont essentielles afin que notre adoration soit exaucée. La première : C’est la condition de la science, cette science qui va nous permettre de connaître ce que Dieu attend de nous. Nous ne pouvons adorer Dieu comme nous le voulons, mais au contraire nous devons l’adorer comme lui l’a défini. La science est la base qui va nous permettre de connaître la marche à suivre.
La deuxième condition est la sincérité. Le Coran nous dit : Dieu vous a ordonné de l’adorer mais sincèrement. Ou encore : que celui qui espèrent la rencontre de son seigneur fassent une bonne œuvre et n’associe personne dans l’adoration de son seigneur.
Nous allons aborder maintenant les domaines d’adoration. Nous voulons tous être de bons adorateurs, mais dans quels domaines devons nous agirent ? Il est intéressant de rappeler que l’adoration dans le concept islamique s‘exerce sur deux plans, parallèles : La relation avec Dieu et la relation avec les autres créatures. Car nous résumons souvent l’adoration au rapport avec Dieu uniquement. Alors ce côté spirituel est fondamental, c’est cette relation avec Dieu que nous devons travailler en premier mais il ne faut pas oublier le deuxième domaine d’adoration qui est parallèle au premier et qui touche au relationnel. La relation avec les hommes, la relation avec toutes les autres créatures qui partagent notre terre. Beaucoup de textes coraniques nous affirment que l’être humain ne peut être sauvé le jour du jugement, que s’il a réussi sur les deux plans, la relation avec Dieu et la relation avec les autres. Le Prophète nous affirme « Le grand perdant le jour du jugement, est celui qui avait beaucoup prié, beaucoup jeûné, sa relation avec Dieu était bonne, mais malheureusement, il a manqué vis a vis des autres créatures, et à ce moment là nous allons redistribuer ses bonnes actions à ceux qu’il a agressé sur cette terre puis nous lui remettrons leurs mauvaises actions et il sera jeté en enfer ». Essayons d’être juste avec les autres car c’est un moyen qui nous rapproche de Dieu mais aussi qui nous permet de donner aux non-musulmans la véritable image de notre religion.

Nous allons aborder maintenant trois règles essentielles de l’adoration en espérant qu’elles vont êtres développés davantage dans les interventions qui suivront tout au long de ce congrès. IBNOU ALQUAYIMM nous expliquent dans son livre « Les étapes des itinérants vers Dieu (Madarij assalikin) » que le cheminement du croyant dans le chemin de l’adoration se base sur trois principes essentiels qui doivent êtres présents en permanence dans sa pensée. Le premier principe est l’amour de Dieu ; On n’adore pas Dieu par contrainte mais par amour. Les deux autres principes sont caractérisés par les deux ailes d’un oiseau. En effet l’acheminement du croyant est semblable a l’oiseau qui vole, et qui a besoin de deux ailes pour voler vite et haut. Les deux ailes du croyant sont : L’espoir de la récompense divine. Cet espoir qui va nous encourager. La deuxième aile est celle de la crainte qui va nous dissuader de commettre du mal.

Quatre autres règles vont nous permettre de continuer notre chemin.

La première règle est citée dans le quatrième verset de sourate « ALFATIHA » « C’est toi que nous adorons et C’est de toi que nous implorons aide »Dans ce verset Dieu a lié entre l’adoration sincère, tournée exclusivement vers Dieu et entre le principe de l’aide et du soutien. C’est toi que nous adorons et c’est de toi que nous implorons aide, c’est grâce à l’aide de Dieu que nous pouvons continuer notre chemin vers l’adoration. Et ce n’est pas par hasard que ce verset se trouve dans la sourate que nous devons répéter dans toutes nos prières. Le Prophète dit : Nulle prière sans l’ouverture du livre (La fatiha). Ce verset est capital. C’est le verset qui commence la deuxième partie de cette sourate qui est rédigée sous forme d’invocation. Après avoir confirmé à Dieu que nous l’adorons nous lui demandons son aide, aide qui est une force pour nous dans les circonstances difficiles. C’est Dieu qui nous préserve.

La deuxième règle est le fait de connaître Les ordres de priorité entre les différentes prescriptions divines. Savoir cerner entre les actes qui servent l’intérêt commun et ceux qui servent l’intérêt privé. Accomplir les actes obligatoires avant de vouloir accomplir des actes surérogatoires.

La troisième règle, le fait d’observer la modération, ne pas tomber ni dans l’extrémisme ni dans le relâchement. Garder le juste milieu.

Quatrième règle, le fait d’inscrire notre adoration dans ce que j’appelle la continuité progressive, une progression évolutive dans le chemin du bien. Même si elle avance doucement, elle avance quand même et ne recule pas. AÏCHA nous a dit que : L’acte le plus aimé par le prophète est celui qui s’inscrit dans la continuité. Même si l’action n’est pas intense elle est continue dans le bien, et c’est cela qui nous est demandé. D’ailleurs le Coran nous dit : Adore servilement ton seigneur jusqu’à ce que te vienne la conviction totale. (C’est à dire la mort).
Je conclue par les fruits de l’adoration, car il n’y a pas de doute, l’adoration de Dieu procure des effets agréables et des bienfaits.

Le premier c’est la récompense divine que Dieu a préparé à ses serviteurs dans l’au-delà.
Le deuxième fruit est la liberté que procure l’adoration de Dieu. Elle délivre l’homme vis a vis de toutes. les forces de cet univers. Également l’équilibre de l’homme et l’épanouissement de sa personnalité passe fondamentalement par l’adoration de Dieu. C’est un besoin humain naturel que d’adorer le seigneur qui nous a crée. Ce qui explique le vide que certains veulent combler en adhérant à des philosophies de vie, ou même en se tournant vers des sectes. Le croyant trouvera l’apaisement au travers de l’adoration de Dieu, comme nous le dit le Coran : C’est avec l’invocation de Dieu que s’apaisent les cœurs.


par Ahmed JABALLAH (Doyen de l’Insitut Européen des Sciences Humaines)

Comments are closed