La préparation spirituelle, morale et juridique pour le pélerinage -Hadj

Prêche du vendredi 28 Septembre 2012 // 12 Dhou Qi’dah 1433

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

Chers frères et sœurs, notre sermon aujourd’hui porte sur le cinquième pilier de l’islam qui est le pèlerinage. Nous sommes rentrés dans les trois mois sacrés. Allah exalté soit-Il dit dans son noble livre : « Le pèlerinage a lieu dans des mois connus… » [Sourate la Vache (Al Baqarah), verset 197].

C’est une occasion pour se rappeler l’importance de l’attachement de son cœur, de son âme, de son esprit et de son secret intime avec la maison d’Allah qui est la Ka’ba, avec la mosquée sacrée, ‘arafat, la mosquée du prophète et sa tombe (SBPL) et avec les autres lieux sains. Aujourd’hui, nous avons plus de facilité pour la préparation financière mais ce qui est toujours oublié par la majorité des musulmans et des musulmanes est le côté ou la relation interne avec les finalités et les secrets du pèlerinage.

L’accomplissement du pèlerinage, ne doit jamais être pris à la légère. Ce cinquième pilier de l’Islam nécessite en effet de nombreuses mises en dispositions spirituelles pour celui qui entreprend de l’effectuer, et ce n’est qu’après une profonde démarche intérieure que le musulman peut espérer accomplir son pèlerinage dans les conditions les plus optimales.

Le pèlerinage étant un acte d’adoration, il doit être réalisé avec un esprit de paix et de dévouement total envers Dieu exalté soit-Il. Aussi, il existe quelques principes simples à mettre en œuvre afin de préparer son âme et son cœur à l’accomplissement du pèlerinage. Ces derniers sont effectivement d’une claire évidence et relèvent du sens commun, mais le fait de les rappeler ici ne peut qu’être bénéfique aux croyants ayant pour objectif d’accomplir le cinquième pilier de l’islam.
Le point essentiel de cette préparation spirituelle au pèlerinage concerne l’âme du croyant, qui se doit d’être totalement tournée vers Dieu exalté soit-Il pour l’accomplissement de ce pilier clé de l’islam. Le musulman doit donc se purifier de toutes pensées revêtant un quelconque aspect d’association (Shirk), qu’il soit majeur ou mineur. Il s’agit ici d’une condition primordiale à l’acceptation du pèlerinage par Dieu glorifié soit-Il.

Le pèlerinage possède une faveur, celui d’être une expiation pour les grands péchés comme pour les petits péchés conformément à la parole du prophète (SBPL) : « Quiconque fera le pèlerinage sans avoir de rapport sexuel et sans commettre de grand péché est dégagé de ses péchés et redevient comme le jour où sa mère l’a mis au monde » (Rapporté par Al-Bokhâri).

Pour celui qui n’a pas encore fait le grand pèlerinage il faut qu’il se prépare que se soit pour l’année courante, comme pour l’année suivante ou comme les années qui viennent. L’essentiel que la préparation, le souci et l’attachement à ce cinquième pilier soient présents dans son cœur et surtout la préparation spirituelle et morale qui guide, qui oriente et qui facilite l’accomplissement de ce pilier dans les meilleures conditions.

C’est comme on protège nos prières et notre jeûne pendant le mois du ramadan, il faut qu’on protège notre pèlerinage. C’est toujours ce réveil et cette conscience spirituelle et religieuses qui nous facilitent la tâche car le cœur est la substance de cette adoration.
C’est avec le retour chaque année de ces jours bénis pendant la saison du pèlerinage et de la Omra que le cœur des gens pieux se lie à la maison sacrée et que grandit la lueur des flammes du désir causé par la réponse à l’invocation faite par notre maitre et père Ibrahim, qu’Allah l’agrée : « Fais donc que se penchent vers eux les cœurs d’une partie des gens. » [Sourate Ibrahim, verset 37].

Les savons qui ont eu la connaissance spirituelle nous parlent de cette importance ; que la première préparation pour l’accomplissement du pèlerinage et de la Omra est de bien travailler la nostalgie et les liens interne et spirituelle avec la mosquée sacrée. C’est une culture qu’on doit implanter parmi nous, surtout aux enfants, aux jeunes et aux moins jeunes.

Au-delà de la mise en condition de l’âme à effectuer le pèlerinage, il est également important pour le musulman de se mettre en condition mentale vis-à-vis des événements et épreuves qui surviendront tout au long du pèlerinage. En effet, au cours du pèlerinage, le croyant sera souvent soumis à des températures très élevées, aux bousculades et aux longues attentes et cela au milieu de millions d’autres pèlerins effectuant également les différents rites sacrés.

Le musulman doit également détourner ses pensées du monde terrestre, et pour cela il ne doit plus avoir aucune affaire d’importance en cours au moment d’effectuer le pèlerinage, qui pourraient détourner son esprit de l’adoration de Dieu exalté soit-Il. Il est également important de se libérer de toutes injustices ayant pu être causées à l’un de ses coreligionnaires, et d’accomplir toutes les obligations et régler toutes les dettes sur lesquelles l’on s’est engagé, et également de faire la paix avec toutes les personnes avec lesquelles l’on est en conflit.

La sauvegarde de sa langue et des paroles inutiles sont également primordiales, de même que d’éviter de se plaindre et de contredire et tergiverser inutilement. Ces défauts, en plus de constituer un comportement blâmable en islam, sont particulièrement proscrits pour l’accomplissement d’un pèlerinage complet et agrée pleinement par Dieu exalté soit-Il. Éviter les comportements immoraux ou obscènes est également indispensable, de même que le contrôle de sa personne. Allah glorifié soit-Il dit :« Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l’on se décide de l’accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d’intelligence ! »[sourate la Vache (al Baqarah), verset 197 ]

Le dernier point de cette préparation mentale à l’accomplissement du pèlerinage, est l’apprentissage complet de tous les rites du pèlerinage et de la Omra, du début à la fin. Ceci permettra au croyant de savoir quels actes sont autorisés et lesquels sont interdits, lui garantissant l’accomplissement en toute sérénité d’un pèlerinage le plus complet et le bénéfique possible. La connaissance est là encore le point le plus important et le plus primordial pour accomplir un acte d’adoration destiné à Dieu l’unique sans associés.

PDF - 23.2 ko
La préparation spirituelle, morale et juridique pour le pélerinage -Hadj

Comments are closed