La nouvelle mosquée ouvre ses portes…

La nouvelle mosquée ouvre ses portes aujourd’hui.
Derniers travaux à la mosquée d’Hérouville-Saint-Clair avant l’inauguration demain et les portes ouvertes samedi.
Dès ce soir, 700 musulmans pourront se rassembler dans la salle des prières. À quelques jours du Ramadan, ils inaugureront la plus grande mosquée de Basse-Normandie, à Hérouville-Saint-Clair.

Entretien


Pourquoi était-il nécessaire de construire une mosquée ?

Ce nouvel édifice répond à un besoin de la communauté musulmane de l’agglomération caennaise. Nous comptons 15 000 musulmans dans le département. L’association AICC (Association islamique et culturelle du Calvados) a été créée il y a 26 ans. À l’époque, nous nous réunissions pour prier dans une cave, aux Belles Portes. Depuis 1998, nous disposons d’une ancienne imprimerie, à La Grande-Delle. Mais ce dernier local était trop petit et plus adapté.

Que représente l’inauguration de la mosquée pour les musulmans du Calvados ?

C’est une grande satisfaction, un événement historique. Les travaux ont débuté en 2006. Nous sommes parvenus au bout du projet après tant d’années de patience et de persévérance. Ce sont les donateurs qui ont entièrement financé la construction.


Pourquoi avez-vous choisi d’inaugurer la mosquée aujourd’hui ?

Nous voulions être prêts pour le Ramadan qui commence lundi. La date est symbolique. C’est un moyen de remercier les fidèles car c’est aux périodes de Ramadan que nous avons collecté le plus d’argent.


Comment se présente le lieu de culte ?

La mosquée dispose d’une surface de 5 400 m². Nous trouvons au rez-de-chaussée la salle des prières de 400 m². 700 musulmans peuvent s’y réunir. Elle est entourée d’une librairie, ainsi que d’une salle de classe. Trois autres salles de cours se trouvent à l’étage, avec une salle de lecture de 100 m² et les bureaux de l’administration. Ce sera un véritable lieu de vie.


Quelles communautés seront accueillies à la mosquée ?

Les musulmans qui vivent en France. Quelles que soient leurs origines. Algériens, Marocains, Tunisiens, Français, Pakistanais… C’est une caractéristique propre à cette mosquée : il n’y a pas d’ingérence des pays, que ce soit de la France ou de l’étranger. Aucune subvention nous est allouée. Nous tenons à rester indépendant.


Le programme de l’association évolue-t-il avec ce nouvel édifice ?

Notre priorité maintenant est l’enseignement. Nous avons pour objectif de mettre en place un institut d’ici cinq ans. L’AICC compte 200 élèves, de 3 à 14 ans. Nous espérons doubler nos effectifs et diversifier l’apprentissage. Pour le moment, nous enseignons la langue arabe et de la religion islamique. Dans la mosquée, des cycles d’apprentissage du Coran seront bientôt proposés, visant les musulmans et les non-musulmans.


Fanette BON, Ouest France, 28 juillet 2011

Comments are closed