Jesus dans la conception musulmane

Prêche du vendredi 14 Décembre 2012//01 Safar 1433 H

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

Chers frères et sœurs, dans le cadre de la préparation aux fêtes chrétiennes, nous les musulmans et musulmanes, nous sommes invités à réviser la place de Jésus « paix sur lui » dans le livre d’Allah glorifié soit-Il afin d’avoir la meilleure relation avec ce grand prophète est messager. Jésus « paix sur lui » pour les musulmans est un prophète et un messager, sa mère est une femme véridique, ils sont cités plus de 52 fois dans le Coran.

Allah exalté soit-Il, nous présente ‘issa (jésus) fils de Marie dans la sourate de Marie (Maryam) par la langue de ce messager en disant :« Je suis vraiment le serviteur d’Allah. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète. Où que je sois, Il m’a rendu béni ; et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakât ; et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. Tel est Issa (Jésus), fils de Marie : parole de vérité, dont ils doutent. Il ne convient pas à Allah de S’attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois ! » et elle est. Certes, Allah est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin. » [Sourate Maryam, verset 30-36].

« Et lorsque Dieu dit à Jésus : « Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux hommes : “Prenez-nous, ma mère et moi, pour divinités en dehors de Dieu” ? » – « Gloire à Toi !, dit Jésus, il ne m’appartient pas de dire ce qui n’est pas une vérité pour moi. Si je l’avais dit, ne l’aurais-Tu pas su ? Car Tu connais le fond de ma pensée, et je ne connais rien de la Tienne. En vérité, les mystères n’ont point de secret pour Toi. Je ne leur ai dit que ce que Tu m’as ordonné de leur dire, à savoir : “Adorez Dieu, mon Seigneur et le vôtre !” Et je fus témoin contre eux, aussi longtemps que je vécus parmi eux. Mais depuis que Tu m’as rappelé à Toi, c’est Toi qui les observes, car Tu es le Témoin de toute chose. » [Sourate Al-Mâ’ida (la Table), verset 116-117].

Concernant la trinité, elle est considéré en Islam, quelque soit sa forme, comme une forme d’association contradictoire avec la pure unicité de Dieu :
« Sont de véritables négateurs ceux qui disent : « Dieu, c’est le Messie, fils de Marie. » [Sourate Al-Mâ’ida (la Table), verset 72].
« Sont aussi impies ceux qui disent : « Dieu est le troisième d’une Trinité ! », alors qu’il n’y a de divinité que Dieu l’Unique ! » [Sourate Al-Mâ’ida (la Table), verset 73].

Allah glorifié soit-Il ne nous a pas autorisés à nous adresser à Lui par le biais d’intermédiaires qui vont se substituer à nous quand il s’agit d’expier nos péchés et de demander la bénédiction divine. « Auraient-ils des divinités qui aient institué pour eux une religion que Dieu n’a point sanctionnée » [Sourate Ash-Shûrâ (la Délibération), verset 21].

« Toi Seul que nous adorons, de Toi Seul dont nous implorons le secours ! » [Sourate Al Fâtiha (l’Ouverture), verset 5].

N’est-il pas ridicule de demander secours à des gens qui en ont eux-mêmes besoin ? N’est-il pas saugrenue de solliciter l’aide de ceux qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour bénéficier d’un privilège ou pour se débarrasser d’un mal ?
« Ceux que tant d’impies invoquent comme divinités cherchent eux-mêmes à l’envie à se rapprocher du Seigneur, espérant en Sa grâce et redoutant Sa colère. Les rigueurs du Seigneur sont éminemment redoutables » [Sourate Al-Isra (Le Voyage Nocturne), verset 57].

Chers croyants et croyantes, il faut éviter de tomber dans les mauvaises traditions et les mauvaises conduites qui sont pratiquées à la fin de l’année. Le prophète Mohammed (SBPL), nous dit dans le hadith « Que l’un de vous ne soit pas un « suiveur » qui dit : « Je suis comme les autres. S’ils font du bien, je le fais et s’il font du mal, je le fais ». Mais soyez indépendants en faisant du bien lorsque les autres le font et en évitant leur mal lorsqu’ils font du mal. » (Rapporté par At-Tirmidhi, qu’Allah l’agréé).

Le musulman comme la musulmane doit avoir une personnalité bien distinguée et indépendante des autres s’ils font le bien on le fait et s’ils font du mal on le fait pas car on est bien guidé par le livre d’Allah exalté soit-Il et par la tradition de son messager (BSPL).

PDF - 19.6 ko
Jesus dans la conception musulmane

Comments are closed